La MFR vous connaissez ?  

Qu'est ce qu'une MFR ?

C’est d’abord une école pratiquant la pédagogie en alternance (1 semaine à la M.F. et 2 semaines en entreprise).

Pour aider chaque personne en formation, adolescent, à réussir sa vie professionnelle et sociale, les Maisons Familiales Rurales s'engagent à :


Faire vivre un projet éducatif partagé qui implique et responsabilise.
  

Chaque MFR met en oeuvre un projet éducatif, formalisé, qui découle de son projet d’association.
Ce projet éducatif prend en compte, également, le projet du mouvement et en particulier les ambitions éducatives des Maisons Familiales Rurales ainsi précisées :

  • considérer la personne dans son présent et son devenir,
  • solliciter la responsabilité,
  • donner des repères et faire confiance,
  • éveiller la curiosité et développer l'autonomie.

Ce projet éducatif nécessite que tous les acteurs de l’association (membres du Conseil d’Administration, parents, équipe…) se mettent d'accord sur les priorités éducatives à privilégier au sein de l’établissement.
Il est donc unique et propre à chaque association.
Il renforce la cohérence des processus éducatifs et pédagogiques travaillés par l’équipe.
Il propose un cadre, un esprit dans lequel on prévoit de construire avec les personnes en formation.
Il donne sens à l’action quotidienne.


Développer l'éducation à la citoyenneté et encourager la vie de groupe en internat...   


Proposer un plan d'animation du temps résidentiel et faciliter des moments d'écoute et de discussion. 

La qualité de vie à la MFR et la qualité de la formation passent nécessairement par la mise en place d’un plan d’animation du temps résidentiel.

On entend par plan d’animation un ensemble d’actions, hors temps formation proprement dit, qui organise la vie quotidienne des jeunes (et accessoirement des adultes) présents dans la MFR du lundi au vendredi soir.

On entend par temps résidentiel, toute présence au sein de la MFR  des élèves, apprentis ou stagiaires durant leur séquence de formation, jour, repas et nuit compris.

Le plan d’animation est unique, propre à chaque équipe, à chaque Maison Familiale. Il s’inspire du projet éducatif.
Il permet de :

 

  • favoriser une ambiance de vie agréable et sécurisante,
  • proposer une organisation de vie dynamisante,
  • créer un climat de travail,
  • organiser la vie des groupes,
  • développer le sens des responsabilités et l’ouverture culturelle,
  • prévoir des temps d’échanges hors cours entre les adultes et les jeunes,
  • faciliter l’intégration des nouveaux arrivants.

     

Une des originalités des MFR passe par le climat « familial » et la structure « à taille humaine » de l’établissement. Le plan d’animation permet de cultiver cette spécificité.


Accompagner chacun dans ses projets, son parcours, ses difficultés, ses succès.

Accompagner relève d'une volonté
Accompagner chaque personne en formation dans ses projets, son parcours, ses difficultés, ses succès est nécessaire pour lui permettre d’exprimer, de verbaliser ses doutes, ses freins, mais aussi de reconnaître ses points forts.

Le travail d’accompagnement permet aussi de faire évoluer son identité professionnelle, de la  transformer, notamment dans les cas de changement radical d’orientation pour les jeunes.

L'accompagnement peut d’abord viser à rassurer la personne en renforçant sa confiance en soi et en stimulant sa motivation.
Les pratiques d'accompagnement peuvent ensuite aider la personne à préciser et affiner ses objectifs personnels d’insertion professionnelle et sociale.

Les moyens

  • Le référent ou tuteur établit une relation privilégiée avec l’élève ou le stagiaire tout au long de la formation. Il assure les relations avec l’entreprise pour les périodes de stages et les parents si nécessaire.
  • Le contrat entre la MFR et la personne en formation pour fixer les règles de l’engagement respectif (règlement intérieur, charte...).
  • La pédagogie basée sur la valorisation des compétences et des savoirs du jeune mis au
    service de sa formation.

  • Le projet professionnel et les activités qu'il génère (bilan, immersion dans l’entreprise, définition du
    projet...).


Les acteurs et leurs rôles

  • Le référent est un tuteur : il guide et aide à grandir. Son travail consiste à écouter, reformuler et valoriser au gré des questions et des recherches de l’apprenant. Le référent représente le centre de formation auprès des maîtres de stage. Il est une personne ressource. Il ne juge pas et ne dévalorise pas, il cherche à établir une communication constructive.
  • Les membres de l’équipe participent à l'accompagnement (administration et hébergement compris). Ils connaissent aussi le jeune ou l'adulte et peuvent collaborer dans leur domaine de compétence à cet accompagnement.
  • Le tuteur en entreprise (maître de stage) est également une personne ressource pour le stagiaire comme pour le référent.


Elaborer et communiquer un plan de formation qui organise les apprentissages


Qu'est-ce que le plan de formation ?

Le plan de formation peut être comparé au code de la route des Maisons Familiales Rurales. Il balise la formation, la structure. Il l’adapte au public accueilli, aux exigences professionnelles, pédagogiques et administratives.
Il arrête les finalités et les objectifs de la formation, précise les supports professionnels, fixe les outils et les moyens à mettre en place.
Il est important de le revisiter régulièrement : renouvellement de l’équipe, évolution des publics accueillis, changements dans le milieu socioprofessionnel, modification des programmes…

Le plan de formation pilote le « RÉUSSIR autrement » des Maisons Familiales Rurales.

Les questions à se poser

  • Pour quoi ?
    - Pour donner du sens et une cohérence à la formation en créant des liens entre les différents lieux et temps de formation, entre les différents enseignements.
    - Pour former des personnes responsables en travaillant sur les savoir être, les savoir-faire et les savoirs.
    - Pour assurer le respect du référentiel.
    - Pour acquérir les bases de la profession.
    - Pour réguler, seconder, maîtriser, prendre des initiatives et des responsabilités.
    - Pour développer la capacité à réaliser un travail de synthèse, avoir une approche globale.
  • Pour qui ?
    Le plan de formation s’adresse :
    - à l’équipe pédagogique,
    - au groupe en formation,
    - aux professionnels,
    - aux partenaires de la MFR,
    - aux employeurs, à l’administration, aux inspecteurs et autres présidents de jury selon les formations et les besoins.


Préparer les séjours en entreprise et les exploiter au retour à la
Maison Familiale.

 Pour mettre en oeuvre l’alternance,
les Maisons Familiales Rurales ont initié puis développé
« l’étude d’alternance ».

Cette « étude d’alternance » permet d’articuler les deux temps de la formation, celui qui se déroule dans le milieu socioprofessionnel puis celui à la Maison Familiale. C’est donc un moyen, une ressource de formation cohérente avec la pédagogie choisie par les MFR et avec la volonté de celles-ci de faire appel aux ressources de leur environnement.

Qu’est-ce qu’une « étude d’alternance » ?

L’étude d’alternance, encore appelée « plan d’étude », est un document de recherche préparé à la Maison Familiale avec les personnes en formation.
Cette recherche sera réalisée ensuite pendant la période de stage puis travaillée à nouveau à la Maison Familiale.

Le plan d’étude porte sur un thème précis du plan de formation, souvent à caractère professionnel, mais pas uniquement, notamment pour les adolescents en phase d’orientation. Il se présente le plus souvent sous la forme d’un questionnaire et va amener les personnes en formation, pendant la période en entreprise, à collecter des informations en interrogeant leur entourage, en participant aux activités.

La fin du plan d’étude fait également appel à la réflexion personnelle ; elle invite à formuler un avis argumenté.
L’étude est rédigée pendant le séjour en entreprise.

Il est important de veiller à ce que l’étude d’alternance ne soit pas une compilation de documents ou de données bibliographiques. Elle s’appuie, avant tout, sur ce qui est vécu dans l’entreprise ou le milieu socioprofessionnel (ou familial). Elle permet aussi d’engager un dialogue.

Les thèmes des études d’alternance sont choisis en fonction du rythme et du calendrier des activités réalisées par les personnes en formation pendant leur séjour professionnel.
Ce travail sera repris ensuite à la Maison Familiale. L’étude est d’abord corrigée individuellement en début de semaine. Cette correction est suivie de la « mise en commun » elle-même prolongée par des cours, une visite et, éventuellement, une intervention pendant la session.

La réalisation de l’étude d’alternance

Elle se fait en plusieurs étapes : élaboration d’un questionnaire ou d’un document de recherche approprié au contexte de la Maison Familiale, réalisation de l’étude en stage, puis correction et enfin rédaction définitive au retour à la Maison Familiale.

L’élaboration du questionnaire

Elle est effectuée par les élèves eux-mêmes en fin de semaine à la Maison Familiale pendant environ 2 heures. Le moniteur est l’animateur du groupe et structure les expressions au tableau pour en dégager des parties bien distinctes. Ceci fait, un travail par sous-groupe sur chacune des parties peut permettre une expression plus large de chacun. 
Dans ce cas, les questions des sous-groupes sont ensuite proposées, discutées et validées par l’ensemble de la classe. Le document final est rédigé par le moniteur en reprenant les mots utilisés, puis remis à l’ensemble du groupe.

La réalisation de l’étude

Avec le questionnaire élaboré avec lui à la Maison Familiale, chacun conduit sa recherche en se référant à ses partenaires dans l’entreprise dont il sollicite une aide efficace. Celle des maîtres de stage ou d’apprentissage se révèle alors précieuse. 
L’étude est rédigée de la manière la plus approfondie possible selon l’âge, le niveau et la nature du domaine étudié. Le niveau d’exigence de l’équipe pédagogique sur cette première rédaction doit être perçu par tous et effectivement mis en oeuvre dès le début de la nouvelle session notamment lors de sa correction.

La correction de l’étude d’alternance

Au retour à la Maison Familiale, les études sont corrigées par les moniteurs en présence de l’élève pour une meilleure compréhension de leur travail. Une première évaluation, sous forme de conseils, est ainsi effectuée, accompagnée de remarques pour progresser. 
Un temps conséquent est dégagé à chaque retour de stage pour les corrections des études. Pendant la correction individuelle, les autres élèves, apprentis ou stagiaires, ont du travail personnel à réaliser.

La rédaction définitive de l’étude

L’étude est ensuite remise au propre en tenant compte des remarques formulées lors de la correction par les moniteurs. Elle est accompagnée des illustrations pour tendre vers un document de qualité. Elle peut être relue par le moniteur responsable du groupe et évaluée une dernière fois en tenant compte des remarques déjà formulées.

L’étude est « précieusement » classée. La personne en formation doit en être fière et la montrer à ses parents, à son maître de stage ou d’apprentissage. La crédibilité de la Maison Familiale tient aussi à cette qualité des études.

Les compléments à l’étude d’alternance

Ils sont de 3 ordres : la mise en commun, la ou les visites et la ou les interventions.

 - La mise en commun
La mise en commun permet aux jeunes de s’exprimer en début de semaine à la Maison Familiale sur leur vécu, leurs pratiques et de confronter leurs travaux à partir de l’étude d’alternance. Elle permet également un échange sur les ressources qui facilitent les recherches pendant le stage (méthodes, contacts fructueux…).

Elle aboutit à une synthèse : pratiques communes sur le thème traité, pratiques différentes et raisons de ces écarts… La mise en commun ou fruit de cette expression collective prend des formes différentes : panneaux, textes…

La production finale de la mise en commun peut être affichée pour permettre à chacun de s’informer et d’en parler. Celle-ci vise à faciliter la transmission de savoirs entre les jeunes eux-mêmes et la valorisation du travail de chacun.

Deux heures d’échanges sont souvent nécessaires pour la mener à bien. Le moniteur est animateur de la mise en commun. Tout apport de contenu est à proscrire : il doit permettre l’expression de tous et adopte pour cela les techniques de communication adéquates telle que la reformulation…).

- La visite
L’étude doit également être l’occasion d’aller plus loin dans la conduite pédagogique du thème par des visites le prolongeant (entreprises, musées, associations, collectivités…) et des interventions (professionnels, élus, partenaires…).
Avant chaque visite, un temps de préparation est prévu pour rédiger les questions qui seront posées. La visite s’effectue le plus souvent sur une demi-journée. Un compte rendu de visite est rédigé soit individuellement, soit par un sous-groupe désigné à l’avance.
Ce compte rendu est remis à chacun et classé avec les autres documents reliés au thème traité : l’étude personnelle, les notes prises lors de l’intervention, les fiches pédagogiques et les cours…

- L’intervention
L’intervention permet un approfondissement du thème :

- témoignage sur le métier, explications sur la fonction exercée s’il s’agit d’un responsable,
- présentation d’une activité menée par une association ou une entreprise,
- apport de contenu pratique ou technique (présentation d’une nouvelle technique, de résultats de recherche…)…

En conclusion, un temps suffisamment long est donc réservé dans le planning de semaine ou de session pour ces activités complémentaires à l’étude conduite pendant l’alternance.

Sans ce temps au retour à la Maison Familiale, l’étude d’alternance perd tout son sens.

Leur réalisation se fait dans l’ordre indiqué pour préserver la progression dans les apprentissages. Ces activités sont planifiées à l’avance par l’équipe et leur mise en oeuvre s’effectue en tenant compte des attributions des uns et des autres. 


Utiliser un carnet de liaison entre les parents, les maîtres de stage et les moniteurs.

Autour du sens des outils de liaison
Le carnet de liaison a pour objectif de faciliter les relations entre les partenaires sans toutefois remplacer les échanges, indispensables, de vive-voix.
Mais comme tout outil, les effets produits dépendent de la manière dont l’outil est utilisé.

Comment le carnet de liaison est-il exploité ? Quel effet produit-il ?

Telles sont les questions essentielles qui sont à se poser.

LE ROLE DU CARNET DE LIAISON

Le carnet de liaison est nécessaire pour assurer le lien entre :

  • La personne en formation
    - Elle participe à la vie de l’entreprise ainsi qu’aux différentes activités de la Maison Familiale.
    - A l’occasion de chaque session, elle complète son carnet de liaison dont elle est responsable.
    - L’enregistrement des activités réalisées à la Maison Familiale et en milieu socioprofessionnel permet à tous les partenaires de mieux accompagner sa progression.
    - Elle le présente régulièrement à sa famille, à son maître de stage.
  • Les familles ou autres personnes responsables
    - Elles participent à la formation en lien avec les maîtres de stage et les moniteurs.
    - Elles prennent connaissance du carnet et le consultent afin de s’informer du travail effectué à la Maison Familiale et de celui à réaliser.
    - En notant leurs appréciations, leurs remarques éventuelles et en signant régulièrement ce carnet, elles s’impliquent dans la formation.
  • Les maîtres de stage
    Ils sont responsables de la formation pendant les périodes passées dans l’entreprise. Le carnet de liaison leur permet de :
    - Suivre avec régularité la progression de la personne en formation.
    - Se tenir informés du travail effectué à la Maison Familiale et des études et travaux à réaliser durant le séjour en milieu professionnel.
    - Apporter leurs appréciations, notamment sur la progression du stagiaire . Ils peuvent y formuler des remarques.
  • Les moniteurs
    - En relation avec les familles et les maîtres de stage, ils sont responsables de la formation.
    - Ils complètent et signent ce carnet à la fin de chaque session à la Maison Familiale. Ils font régulièrement le point avec la personne en formation. Ainsi, ils l’aident à prendre conscience de l’essentiel et à devenir acteur de sa formation.
    - Dès le retour dans l’établissement, ils prennent connaissance des activités réalisées lors des séjours en milieu professionnel et des appréciations portées par les divers partenaires. Ces remarques sont prises en compte dans le suivi de la formation.

LES QUESTIONS A SE POSER

Pour utiliser correctement un carnet de liaison, il faut se poser un certain nombre de questions essentielles :

  • Quels objectifs va-t-on privilégier ?
    - Comment se passent les relations entre les partenaires ?
    - En quoi l’utilisation du carnet peut les améliorer ?
  • Comment et quand sera-t-il utilisé ?
    - Avec les jeunes : Dès le lundi matin ? Sera-t -il un prétexte pour échanger individuellement ou collectivement avec les personnes en formation ? Sera-t-il simplement ramassé ? De quelle
    réactivité fera t-il l’objet en cas de problème ? Comment sera-t-il remis en fin de semaine ? Par qui sera-t -il complété ? Le moniteur responsable de la classe ou bien l’ensemble de l’équipe pédagogique…

    - Avec les familles : Quand en parlons-nous ? Comment a-t-il été présenté ?

    - Avec les maîtres de stage : Quand en parlons-nous ? Comment a-t-il été présenté ?

    Remarques
    :
         Un outil peut être remarquablement bien conçu et pourtant d’une totale inefficacité si l’équipe pédagogique n’a pas le souci de le « faire vivre » et d’exploiter les informations qu’il recense ou bien si les partenaires ne sont pas sensibilisés aux objectifs visés et à l’intérêt de son utilisation.
    La méthode d’utilisation d’un document de liaison n’est jamais définitive. Il faut tenir compte des remarques des utilisateurs, de l’évolution des pratiques et des publics, de la réglementation… pour l’améliorer régulièrement.
  • Qui en aura la responsabilité ?
    Le jeune en formation ? L’équipe pédagogique ? Quelle place sera laissée à la famille ? Est-il un levier éducatif pour tous ou bien un simple support de transmission pour l’information ?


CONSEILS POUR L'UTILISATION DU CARNET DE LIAISON
METHODOLOGIE

     Le carnet de liaison remplira d’autant mieux sa fonction de facilitateur de relations, qu’il sera complété par chaque personne concernée et qu’il sera utilisé notamment à la Maison Familiale. En conséquence, voici quelques étapes importantes à respecter :

  • Dès la rentrée : Il est présenté aux familles au cours de la première réunion et aux maîtres de stage ou d’apprentissage lors de la première visite.
  • En fin de session à la Maison Familiale : Les personnes en formation complètent la partie concernant leurs activités et notent le travail à réaliser en milieu socioprofessionnel. Ils inscrivent leurs observations sur leur travail et leur vécu de session. Les moniteurs portent une appréciation.
    Ces observations et appréciations constituent des occasions privilégiées de dialogue avec la personne en formation.
  • Au cours du séjour en milieu socioprofessionnel : La famille et le maître de stage  consultent le carnet pendant et en fin de séjour. La personne en formation précise ses différentes activités et son point de vue sur le séjour. La famille et le maître de stage y portent une appréciation.
  • Au retour à la Maison Familiale : Le lundi matin, les moniteurs prennent connaissance des activités de l’élève et en discutent avec lui. Il peut aussi être envisagé une activité de groupe autour des observations portées par les personnes en formation. Après un entretien individuel, le moniteur formule une appréciation. Il peut être repris lors des visites de stage et de famille.
 
  Plan du site

Copyright © 2007 MFR AILLEVILLERS - Tous droits réservés
Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net